réalisé par commonbox le pot commun en ligne

Proposez votre projet

 

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Evénement

Les Etoiles de la Créativité et de l’Innovation

Animée par Sébastien Folin, la cérémonie de clôture de l’Année européenne de la Créativité et de l’Innovation s’est déroulée le 9 décembre dernier au Muséum national d’histoire naturelle. La table ronde, à laquelle ont participé Claudie Haigneré, François Taddéi, François Cuny, Franck Petitta et Dirck Van Damme, suivie de la remise des prix et d’une intervention de Philippe Starck, ont été les temps forts de cette manifestation.

 

ecran prix sébastien folin aeci éveiller

Interactive, la cérémonie a permis au public de s’exprimer sur les 3 thèmes de l’Année (Voir les 3 nuages des Etoiles) et de voter pour son projet favori, grâce au vote « coup de coeur ».

En rassemblant les parties prenantes de la créativité et de l’innovation de manière ouverte et transversale, cette manifestation a permis d’esquisser de nouvelles dynamiques pour 2010.

Le palmarès des Etoiles de la Créativité et de l’Innovation:

Thème « Eveiller« : « Une langue dessinée pour apprendre sans entendre » a remporté le prix du jury et le prix « Coup de coeur » du public

Thème « Entreprendre »: « Course en cours » a remporté le prix du jury et le prix « Coup de coeur » du public

Thème « Collaborer »: « Frontières dedans/dehors » a remporté le prix du jury; « Frontières dedans/dehors » et « YouOnTheWeb« , ex-aequo, ont tous deux remporté le prix « Coup de coeur » du public

Un grand merci à tous les participants et à tous ceux qui ont répondu à l’appel à initiatives!

 

Interviews

Get the Flash Player to see this player.

Jean-Philippe Courtois (président de Microsoft International), Mac Lesggy (créateur et présentateur de E=m6), Laure Reinhart (directeur général déléguée d’OSEO), Pierre Lena (astrophysicien, co-fondateur de « La main à la pâte »), Dominique Langevin (physicienne, directrice de recherche au CNRS), Benjamin Bejbaum (co-fondateur de Dailymotion), Daniel Kaplan (président de la Fondation Internet Nouvelle Génération), Bernard Stiegler (philosophe, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation), Marc Giget (Professeur titulaire de la chaire Economie de la technologie et de l’innovation au CNAM)

» toutes les vidéos

Les grands axes mis en évidence dans le Manifeste des ambassadeurs de l’année:

1. Nourrir la créativité par un processus d’éducation et de formation tout au long de la vie alliant théorie et pratique.
2. Transformer les écoles et les universités en espaces de pensée créatrice et d’apprentissage par la pratique pour les apprenants et les enseignants.
3. Transformer les lieux de travail en espaces d’acquisition des connaissances.
4. Promouvoir un secteur culturel fort, indépendant et pluriel pouvant soutenir le dialogue entre les cultures.
5. Encourager la recherche scientifique afin de comprendre le monde, d’améliorer la vie des citoyens et de stimuler l’innovation.
6. Promouvoir les processus et outils de création, la résolution créative des problèmes, comprendre les besoins, les émotions, les aspirations et les aptitudes des utilisateurs.
7. Favoriser l’innovation dans l’entreprise, au service de la prospérité et du développement durable.

Découvrez le Manifeste dans son intégralité

Musique à Dorgelès

Développement d’un langage personnel sensible à travers la création musicale

mairie bach.JPG (188 KB)

La musique au collège Roland Dorgelès encourage la créativité des élèves. Celle-ci a pour but l’appropriation de notions musicales complexes par la pratique. Les réalisations sont multiples, de l’approfondissement d’une question de cours à la réalisation d’émissions de radio sous forme de Podcasts, de la bande sonore de films, jusqu’à la représentation publique en concert.
Le travail est réalisé en classe ainsi que dans un atelier d’informatique musicale qui existe depuis dix ans, l’atelier « M.A.O. ». Les travaux participent à l’évaluation du Brevet Informatique et Internet, le B2i.
En constante évolution, la création musicale est axée en cette année 2009 sur la musique électroacoustique et le spectacle vivant. Le travail s’effectue avec le logiciel développé par PuceMuse, la Meta Mallette qui permet des réalisations spectaculaires tant du point de vue sonore que visuel.
La salle d’Education musicale du collège a entièrement été pensée et réalisée pour la musique assistée par ordinateur et les applications multimedia. Elle a été concue par la professeure et la Principale, Mme Redini.

Angélique Gomez-Orozco
Professeure d’Education musicale et chant choral
Collège Roland Dorgelès
Paris 18ème

Pedagame

Jeu vidéo éducation et formation

pedagame

Pedagame est aujourd’hui un petit « écosystème » rassemblant plusieurs initiatives dédiées aux pratiques et aux réflexions en rapport avec le jeu vidéo pour l’éducation et la formation. C’est d’abord, et depuis septembre 2008, des ateliers de pratiques pédagogiques innovantes qui se tiennent à raison de 5 jours par semaine dans un établissement scolaire de la banlieue parisienne et durant lesquels des enseignants détournent des jeux vidéo du commerce pour les intégrer à des séquences pédagogiques conduites avec des élèves. Ces ateliers disposent du soutien des principaux constructeurs et éditeurs du monde du jeu vidéo en plus du soutien de la direction de l’établissement et du département des Hauts-de-Seine. Mais Pedagame c’est aussi une communauté d’enseignants, de chercheurs, de membres d’associations et d’institutions diverses rassemblés sur des plateformes internet collaboratives et échangeant lorsque l’occasion se présente : conférences, barcamps, salons et visioconférences. Enfin Pedagame c’est plusieurs projets de longue haleine dont deux en cours tournés vers la production de jeux sérieux pour l’éducation et un dernier en chantier ayant pour objectif la création à court terme d’un « institut du jeu vidéo pour l’éducation et la formation ». Les deux projets de création de ressources rassemblent plusieurs partenaires tels que le Laboratoire d’Informatique de Paris 6, l’académie de Créteil, l’Institut de l’ENS Paris, l’ENS Cachan, les entreprises Microsoft, Ad-Invaders, Interaction Multimédia et l’association Initiatives Terrain d’Elancourt.

Un roman pour l’Europe, échange franco-slovaque

250 jeunes, français et slovaques écrivent main dans la main un roman qui parle d’Europe

creation innovation

Qu’est-ce qu’être jeune, en Europe, au début du XXIième siècle et comment se vit cette citoyenneté européenne quand elle passe des représentations, de l’imaginaire à une réalité vécue ?

A cette question deux cent cinquante lycéens du lycée Guillaume-Apollinaire, de Nice, en France et du lycée Bilingue de Kosice, en Slovaquie, ont répondu en participant sur deux années à un échange Comenius et en écrivant un roman qui reflète leur vision de ce monde au début du millénaire et de leur citoyenneté européenne.

Pourquoi écrire encore des romans au début du XXIe siècle ? Parce que le roman offre un espace illimité qui reflète la richesse et l’étrangeté de la vie et peut inclure tous les genres littéraires, tous les registres.

Beaucoup de liens entre les élèves des deux pays se sont formés grâce à cet ouvrage d’un type bien particulier et proprement inédit.
On entre dans celui-ci comme dans un film d’aventures où une jeune fille déboussolée, accompagnée de son frère, découvre que la vie a un poids et décide de voyager pour en comprendre le prix.

Les auteurs, deux cent cinquante élèves français et slovaques, aiment s’amuser, parcourir l’Europe et découvrir une autre culture et apprendre une langue étrangère. Dans leur roman, ils font référence aux moments, parfois douloureux, parfois drôles ou cocasses de leur adolescence, mais déploient aussi leur imaginaire et leur créativité, une consolation dans un monde qui oublie bien trop souvent le rêve.

Leur roman exprime les problèmes, les peurs, les inquiétudes, les désirs de deux adolescents européens de ce début de siècle, de ce début de millénaire.

Ce livre est utile pour les adolescents qui veulent se découvrir, et il n’est pas inutile pour les parents qui veulent les comprendre.

L’histoire
Que feriez-vous si vous appreniez que toute votre vie est fondée sur un mensonge ? Seriez-vous prêt à tout quitter pour connaître la vérité ?
Lucia, dix sept ans, avait tout pour être heureuse. Jusqu’au jour où elle surprend une conversation et apprend un terrible secret de famille. Cet événement déclenche une folle cavale à travers l’Europe, avec comme seul indice le mystérieux médaillon qu’elle porte au cou depuis sa plus tendre enfance.
De nombreuses aventures l’attendent : une nouvelle vie s’ouvre à elle, joie, déceptions, amours, faux espoirs, rencontres…

Le roman du roman :
L’histoire de ce roman plonge ses racines très loin dans l’histoire de l’Europe, celle des langues et des peuples. Dans Les Braises, roman de Sándor Márai, né à Košice en 1900, un général de l’armée austro-hongroise, devenu aveugle et paralysé, se fait lire des romans français par sa servante hongroise. Elle ignore cette langue et épelle chaque mot que l’homme reconstitue un à un pour en faire de phrases, dans la nuit. On ne peut mieux dire l’attachement à une langue et à une culture. Cette image a été l’incarnation d’une conscience européenne qui passe par la créativité et la culture.
Restait à écrire un roman et pour cela à fabriquer un auteur à deux cent cinquante têtes ! Comme Flaubert, notre hydre devait être un écrivain à programme : fixer d’abord son plan pour ensuite le développer dans l’écriture.

La première année a ainsi été consacrée à l’élaboration du scénario détaillé. La proximité entre les élèves, née des échanges épistolaires et des séjours dans les deux pays a permis de créer une cohésion. Une histoire s’est vite imposée, validée par un vote, lors de la visite des Français à Košice, en avril 2008, puis enrichie par un travail de groupe, lors de la venue des Slovaques, en mai, à Nice.

Parallèlement, un site sur les énergies renouvelables, la culture slovaque et le roman voyait le jour ; un travail interdisciplinaire, histoire et géographie, électrotechnique et physique appliquée, donnait des matériaux documentaires pour l’écriture du roman, l’année suivante.

Les sept premiers chapitres écrits par les élèves slovaques, ont été relus, corrigés et amplifiés par les élèves français. Un véritable travail de lecture pour comprendre ce que « l’auteur » a voulu faire de telle situation, de tel personnage puis respecter ses choix, les enrichir et les faire aboutir et sonner juste dans la langue française.

Les élèves nouveau venus dans le projet ont tout de suite été en phase avec l’histoire – preuve qu’elle raconte des choses qui les concernent tous sur un mode auquel ils adhèrent spontanément. La mise en ligne du scénario et des chapitres sur un espace de travail en ligne (wiki), déjà utilisé pour élaborer et choisir le scénario, a permis à tous de suivre l’évolution de l’écriture du roman presque au jour le jour et de créer un atelier d’écriture en ligne. Car, à la différence des autres devoirs d’expression, le roman devait aboutir à une forme la plus parfaite possible, delà les réécritures multiples avec l’aide des autres en ligne ou en classe où le chapitre était projeté au tableau pour une lecture collective.

Rien pourtant de lassant dans ce travail de réécriture, mais de l’enthousiasme, beaucoup plus que pour les autres travaux scolaires. Les objets d’étude du programme – le roman, la nouvelle, le travail de l’écriture,… – on été abordé avec plaisir l’idée, pour les élèves proprement extraordinaire, d’écrire un roman leur donnant tout leur sens.

Ce projet a été pour eux l’occasion de travailler les apprentissages fondamentaux, tant dans les programmes français que slovaques, et de découvrir leurs camarades européens pour prendre conscience de leur citoyenneté européenne.